Vous êtes ici » Accueil » Actualités modulaires » Normes et réglementations du modulaire » Construction modulaire et RT 2012 : l’avantage énergétique de l’architecture (...)
Normes et réglementations du modulaire

Construction modulaire et RT 2012 : l’avantage énergétique de l’architecture modulaire

19 décembre 2014

Alors que le Syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques, Uniclima, remet en cause les effets de la réglementation thermique de RT2012, notamment sur la circulation de l’air à l’intérieur des bâtiments, la construction modulaire offre déjà plusieurs avantages en matière de régulation énergétique. L’architecture modulaire s’affiche comme un procédé de construction de choix pour l’avenir.

Construction modulaire et RT 2012

La RT 2012 s’applique à l’architecture modulaire

Mise en application depuis bientôt deux ans, la nouvelle Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) définit les objectifs en matière d’efficacité énergétique avec un seuil maximum autorisé d’énergie consommée (50 kWhep/m²/an).

C’est une loi qui vise à diviser par trois le niveau maximal de consommation qui avait été fixé quelques années auparavant par la RT 2005. Réglementation parmi les plus ambitieuses en Europe, elle impose des normes élevées en matière d’isolation et de système énergétique. Elle est applicable aux constructions modulaires comme aux constructions traditionnelles.

Exigeant également une réduction des besoins dès la conception du projet, elle se veut à la hauteur des enjeux environnementaux globaux actuels et s’applique à tous les bâtiments neufs, traditionnels ou d’architecture modulaire, à usage d’habitation ou à usage tertiaire.

La RT 2012 jugée incompatible avec la qualité de l’air intérieur

Récemment, un comité stratégique mis en place par le Syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques, Uniclima a tenté de réveiller les consciences à propos de la mauvaise qualité de l’air à l’intérieur du construit. En se focalisant sur l’énergie, les systèmes de construction contemporains conduisent à l’élévation de bâtiments de plus en plus hermétiques et donc potentiellement malsains du fait de la mauvaise circulation et du non renouvellement de l’air.

À tel point que cette mauvaise qualité de l’air intérieur des locaux pose aujourd’hui un vrai problème de santé publique : 98% des écoles maternelles et 83% des crèches dépasseraient la valeur limite sanitaire, alors que les enfants développent leur surface filtrante essentiellement entre 2 et 5 ans. Par ailleurs, l’air de mauvaise qualité entraînerait 50 000 morts par an en Europe. Des chiffres qui font froid dans le dos.

L’efficacité énergétique : l’avantage de l’architecture modulaire

Construction modulaire RT2012

L’enjeu énergétique au centre des préoccupations

Afin de concrétiser les objectifs d’efficacité énergétique réglementaires, la RT2012 impose des normes élevées en matière d’isolation et de système énergétique. Dans un contexte de construction marqué par les forts enjeux liés à l’économie d’énergie, il apparaît intéressant de voir comment les pouvoir publics vont réagir. Ayant déjà subi plusieurs retouches et décrets, la RT 2012 pourrait être assouplie, à moins que les avancées technologiques ne soient la clé du problème.

L’enjeu pour les constructions du futur est donc le suivant : comment augmenter les débits de circulation d’air à l’intérieur des bâtiments sans dégrader les performances énergétiques de ces mêmes bâtiments ?

Certains spécialistes penchent actuellement en faveur d’une approche globale qui consiste à améliorer le bâti - l’isolation, la ventilation, le vitrage, la perméabilité à l’air - et à promouvoir des installations de chauffage et de rafraîchissement intelligentes, mariant haut rendement et basse consommation.

Se présentant sous la forme d’une combinaison de ventilation simple flux et d’une surface rayonnante, ces nouveaux dispositifs seraient une alternative aux systèmes d’échange d’air classiques jusqu’alors utilisés. Ce nouveau type d’installation est en effet capable de réguler son action en fonction des besoins. Il possède l’avantage de régler les questions de la qualité de l’air, du chauffage, du rafraîchissement et de l’économie d’énergie d’un bloc.

La construction modulaire présente déjà certains avantages

Les procédés d’élaboration et les matériaux utilisés pour la construction modulaire allient protection de l’environnement et efficacité énergétique dans des bâtiments durables. Une préfabrication efficace, un montage propre et silencieux et des structures flexibles assurent la conservation de la valeur à long terme des bâtiments d’architecture modulaires.

Ayant pour objectif de réduire au minium les effets néfastes des bâtiments sur l’environnement pendant leur durée de vie, tout en valorisant le confort des utilisateurs, la construction modulaire peut d’ores et déjà être considérée comme une précieuse contribution à la construction de bâtiments dits « intelligents ».

Outre les avantages classiques de l’architecture modulaire, un espace bâti temporaire ou définitif représente une solution économique dans la mesure où elle intègre toutes les exigences de la construction traditionnelle à moindre coût. Elle offre ainsi une excellente efficacité thermique et limite la consommation d’énergie et les coûts attenants.

Jean-Paul Ouin, délégué général d’Uniclima, estime pour sa part qu’« avec la RT 2012, la filtration de l’air est une contrainte de plus qui doit être intégrée dès la conception, se situant sur le plan de la santé, bien en amont de la RT. » De ce point de vue là encore, et du fait de l’adaptabilité et de la flexibilité de l’organisation, de la conception et de la construction des modules en atelier, l’architecture modulaire semble avoir un temps d’avance.