Vous êtes ici » Accueil » Actualités modulaires » Architecture modulaire » Une structure parfaite
Architecture modulaire

Une structure parfaite

28 septembre 2016

L’exemple de la surélévation d’une école en construction modulaire à Berchem, Luxembourg

Ces dernières années en Europe, les bâtiments modulaires ont fait leur entrée dans de nombreux secteurs architecturaux : hôpitaux et immeubles de bureaux, jardins d’enfants et écoles. L’un des nombreux avantages de ce mode de construction est de pouvoir agrandir les bâtiments existants sans pour autant perturber les activités quotidiennes qui y ont lieu ou encore, de profiter des vacances scolaires dans la mesure où les délais fixés sont strictement respectés. La construction modulaire permet aussi de surélever des bâtiments déjà existants bien plus aisément qu’avec les modes de construction traditionnels. C’est donc une solution qui apporte de la souplesse et de la flexibilité à des besoins grandissants ou de nouvelles utilisations. A titre d’exemple, ALHO a ajouté un second étage au Pôle Scolaire de Bivange, au Luxembourg, qui avait besoin d’un plus grand nombre de salles.

La superposition par excellence

Il est ainsi possible de superposer jusqu’à sept étages, que ce soit à l’origine de la construction ou, dans le cadre d’un agrandissement ultérieur grâce aux qualités des bâtiments modulaires ALHO. Ces qualités qui sont directement liées aux processus de préfabrication des modules dans nos usines. Chacun module est composé d’une ossature en acier homologuée et est soumis à des contrôles qualités permanents.

Dans l’exemple de la surélévation du Pôle Scolaire de Bivange, 19 modules ont été adaptés aux conditions existantes et fabriqués dans l’usine d’ALHO, puis montés et aménagés en seulement sept semaines de temps de construction.

Il a d’abord fallu démonter en partie la façade du bâtiment existant, conserver les éléments en fibrociment pour les remonter ultérieurement, et protéger les pièces contre les intempéries. La surface du toit existante fut également démontée et tous les déchets éliminés.

Le hall d’entrée a ensuite été renforcé permettant la construction du second étage avec l’ajout d’un ascenseur et d’un escalier préfabriqué en béton. D’une surface de 780 mètres carrés il est divisé en deux parties. La première, plus petite, comprend atelier, médiathèque, salle de séjour et sanitaires. La seconde, plus grande, est la surface d’enseignement avec cinq salles de classes supplémentaires ainsi qu’une salle multifonction comportant une réserve adjacente. Trois salles peuvent être reliées grâce à des cloisons mobiles. Ensembles, elles offrent jusqu’à 190 mètres carrées de surface sans poteau.

Adaptation du bâtiment existant – flexible et durable

Les éléments en fibrociment d’un rouge intense ont ensuite été remontés sur les modules en façade rideau, par dessus l’isolation thermique en fibres minérales. L’étage a été complété par des éléments du même ton. Le toit plat nouvellement construit couvre le haut du bâtiment. A cela s’ajoute un escalier de secours extérieur et le nouvel auvent en verre et acier qui met en valeur le hall d’entrée.

Toutes les parois, plafonds et sols ont été réalisés en construction légère et à sec. Ainsi, cela permet d’éviter des vices liés à l’humidité lors de la construction ou des fissures de retrait ou de tassement. Les murs et les plafonds creux assurent une excellente isolation acoustique. C’est ce que prouvent les mesures des bruits aériens et d’impact réalisées dans les bâtiments modulaires ceux-ci une fois terminés. Le déplacement des murs et l’adaptation des installations est possible à tout moment favorisant la flexibilité des surfaces.

Les profilés en acier ALHO utilisés sont dotés d’une grande force portante pour un poids réduit. A la fin de leur longue durée d’utilisation, les modules peuvent être facilement démontés, déplacés ou recyclés à cent pour cent sans perte de qualité. Le besoin réduit en matières premières et la fabrication de produits en acier à faible consommation d’énergie ménagent les ressources naturelles de notre planète et donc l’environnement.

Aujourd’hui, on n’a pas l’impression que le second étage a été rajouté sur le bâtiment. La surélévation ne se remarque pas et le bâtiment est parfait, comme s’il avait été construit ainsi dès le début.