Vous êtes ici » Accueil » Actualités modulaires » Architecture modulaire » Bâtiments tertiaires : bureaux et structures modulaires, la construction (...)
Architecture modulaire

Bâtiments tertiaires : bureaux et structures modulaires, la construction économique fait ses preuves

30 décembre 2014

Lors d’une récente étude, Certivea, le principal organisme de certification français, a mis en avant les excellents résultats des bâtiments du secteur tertiaire au niveau environnemental. La performance énergétique des bâtiments est notamment mise en avant, autant que la qualité des constructions qui permettent ces conclusions. Les gains énergétiques ainsi réalisés confirment le statut de construction économique du système de structures modulaires.

La performance énergétique des bureaux et structures modulaires mise en avant

La démarche HQE (Haute Qualité environnementale) prônée par la méthodologie fournie par Certivea, le leader français des certifications environnementales des bâtiments non résidentiels, fait largement écho au processus de construction élaboré par les entreprises du modulaire. Elle s’applique à tous les stades de chaque projet immobilier : lors de la conception et du choix des matériaux, pendant la construction ; elle s’applique également aux performances des bâtiments (thermiques, énergétiques...) et à la gestion des déchets et à l’impact sur l’environnement.

Le modulaire à la pointe des normes environnementales

La construction modulaire n’est certainement pas étrangère aux dernières conclusions livrées par Certivea. Dans une étude récente, la filiale du centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), référence sur le territoire national en matière de norme énergétique, a mis en avant le bilan prometteur de la performance énergétique des bâtiments du tertiaire.

L’étude menée entre 2005 et 2013 porte sur 1348 bâtiments qui se sont vus délivrer la certification NF HQE - la norme française de haute qualité énergétique - au cours de cette période. Les thématiques d’évaluation retenues concernent les domaines énergétique, environnemental, de confort et sanitaire, pour lesquels une note allant de une à quatre étoiles a été attribuée. Et les résultats sont plus qu’encourageants, dans la mesure ou 90% des bâtiments tertiaires évalués, concernant des constructions neuves ou des rénovations, se sont vus apposés la mention de niveau global « très bon » ou « excellente ».

L’énergie en tête des performances des bureaux et structures modulaires

Le niveau de performance attribué est donc très prometteur pour l’avenir et peut être expliqué par un engagement de plus en plus important des acteurs du bâtiment envers la construction durable. L’avantage de la construction modulaire privilégiant des matériaux et un mode de fabrication industriel respectueux de l’environnement est ainsi mise en avant. En collant au plus près de la démarche HQE, la construction de bureaux et de structures modulaires dans le tertiaire permet de :

  • jouer sur la relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement, en tenant compte du choix de matériaux recyclables (acier, bois) et du parti pris architectural et technique ;
  • faciliter et maîtriser le recyclage des déchets ou des éléments du bâtiment en fin de vie, ce qui limite l’impact environnemental des chantiers ;
  • gérer l’énergie de manière optimale en conformité avec la RT 2012 et répondre à l’exigence de bâtiment basse consommation (BBC) ;
  • favoriser les conforts hygrothermiques, par un système ventilation couplée au chauffage et au rafraîchissement ;
  • améliorer le confort acoustique en intégrant des matériaux qui privilégient l’absorption du bruit.

Le modulaire, une construction économique pour le secteur tertiaire

Bureaux modulaires Procontain

Trois étoiles pour a RT 2012

Pierre angulaire de la réglementation énergétique dans le bâtiment, la RT 2012 est plus que jamais appliquée puisque la majorité des bâtiments sondés par l’étude de Certivea obtiennent une note de trois étoiles, standard élaboré lors de sa mise en place. La solution modulaire s’apparente donc à une construction économique par excellence pour l’avenir.

L’objectif d’une telle certification est de fournir aux entrepreneurs œuvrant dans le secteur de la construction durable les outils pour évaluer les performances et améliorer encore la qualité énergétique des bâtiments. Les entreprises qui s’engagent dans le modulaire proposent ainsi des constructions de plus en plus économiques dont le niveau de qualité va croissant. Les bureaux et structures modulaires du futur pourraient même se voir à terme attribuer le niveau de qualification quatre étoiles, équivalent à la norme Effinergie Bepos, une certification qui désigne les bâtiments à énergie positive produisant au moins autant d’énergie qu’ils en consomment.

La région parisienne en tête de la construction économique

Leader de la construction de bureaux en Europe, la région francilienne tire le bilan énergétique des bâtiments du secteur tertiaire vers le haut et fait de la France un laboratoire expérimental de choix pour l’avenir. Surtout, les performances observées sont en tous points remarquables puisque l’étude publiée par Certivea emploie les qualificatifs « excellente » et « exceptionnelle » pour qualifier le niveau de performance de la construction tertiaire en Ile de France, surtout en ce qui concerne les bureaux rénovés.

La France tout entière se pose même en modèle de la certification environnementale. Certivea pourrait même concurrencer à terme les référentiels britannique Breeam et au nord-américain Leed en décidant d’exporter à l’international son système de certification.

Le secteur du bâtiment tertiaire récolte d’excellents résultats en matière d’impact environnemental et énergétique. Le système modulaire apparaît comme une solution résolument adaptée et tournée vers l’avenir pour poursuivre dans cette voie. D’autant plus qu’une nouvelle génération d’immeubles tertiaires durables, construits dans le respect des normes de la fabrication modulaire est appelée à prendre le relais. Ces structures modulaires permettent de réduire encore les consommations énergétiques, de garantir de bonnes conditions de confort et de produire de l’énergie renouvelable.